Remboursement campus

Formulaires de demande
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Page précédente

Rapport de la CLDR 2007

Commission Locale de Développement Rural de Virton
Rapport d’activité 2007
Rétroactes : activités de la CLDR en 2006
le Programme Communal de Développement Rural de Virton a été présenté à la Commission Régionale d’Aménagement du Territoire le 8 mars 2006 et approuvé par le Gouvernement wallon en juin de la même année, pour une période de cinq ans.
Conclue le 28 septembre 2006, la 1re convention portait sur la réalisation de deux tronçons de voies lentes, projet pointé comme prioritaire par la Commission Locale de Développement Rural.
En 2006 toujours, la CLDR avait constitué un Groupe de Travail interne pour monter le projet « Centre de formation aux métiers du patrimoine », qu’elle souhaitait inscrire dans la convention 2008 à passer avec la Région wallonne. Divers contacts et visites avaient donné lieu à l’élaboration d’un premier avant-projet.
Activités de la CLDR en 2007
Composition de la CLDR[[1]->file :///C :/Users/LallemangM/AppData/Local/Microsoft/Windows/Temporary%20Internet%20Files/Content.Outlook/YPPQKJ9M/rapport%20CLDR%202007.doc#_ftn1]
En octobre 2006 ont eu lieu les élections communales, qui ont entraîné des modifications dans la composition du Conseil communal de Virton, partant dans la composition de la CLDR. Ces modifications ont été enregistrées en réunion de la CLDR.
Même si la participation aux réunions, de CLDR comme de Groupes de travail, est restée élevée tout au long de l’année, se pose le problème de l’absence systématique et non excusée de certains membres. Une procédure est en cours, demandant à chaque membre de confirmer son souhait de continuer à participer aux travaux de la CLDR. En fonction des réponses, un éventuel appel à candidatures sera lancé.
En réunion, il n’est toujours fait aucune distinction de fait entre membres effectifs et suppléants.
Calendrier des réunions
En 2007, la CLDR s’est réunie à cinq reprises[[2]->file :///C :/Users/LallemangM/AppData/Local/Microsoft/Windows/Temporary%20Internet%20Files/Content.Outlook/YPPQKJ9M/rapport%20CLDR%202007.doc#_ftn2] :
- le 15 février ;
- le 22 mars ;
- le 10 mai ;
- le 6 septembre ;
- le 12 décembre.
A ces réunions plénières, il faut ajouter les réunions et activités diverses de trois groupes de travail :
- « Centre de formation aux métiers du patrimoine » ;
- « Portes de villages » ;
- « Energie ».
Thèmes de travail
Dans ses réunions plénières, la CLDR s’est consacrée essentiellement à organiser l’instruction des différents projets du Lot 1 du PCDR, en fonction des contraintes et opportunités propres à chacun et du système de convention à passer annuellement avec la Région wallonne. Pour ce faire, la CLDR a institué en son sein deux Groupes de Travail particulier – « Centre de formation aux métiers du patrimoine » et « Portes de village » -, qu’elle a investis de missions précises, révisées de réunion en réunion. Elle a par ailleurs commencé à se pencher sur des thématiques de développement débordant le cadre des projets du PCDR, au travers du Groupe de travail « Energies ».
1. Suivi de la 1re convention (2006)
Le réseau de voies lentes est un très gros projet de développement, qui repose sur la réalisation de deux tronçons majeurs le long de la Vire et du Ton, objet de la 1re convention, et de toute une série de chemins satellites. Ce projet réclame un suivi rapproché pour diverses raisons : d’abord il s’articule avec la réalisation d’autres tronçons, financée par d’autres programmes de subvention (Plans Mercure et Impulsion), ensuite il engage une négociation serrée avec la SNCB, propriétaire de l’assiette d’une partie d’un tronçon, enfin la construction même des voies doit s’accompagner d’aménagements particuliers (règles et protection de l’accès aux voies lentes, parcours vita, aires et mobilier de repos, végétation alentours). Et c’est au niveau de la CLDR que s’est organisé le suivi de l’ensemble du projet, qu’ont été opérés certains choix techniques.
2. Préparation de la 2ème convention (2007)
Sur base de l’état de maturité des différents projets du lot 1, la CLDR a choisi d’inscrire au programme de la convention 2007 la réalisation des aménagements dans les villages de Chenois, Gomery, Latour, la construction de deux passerelles sur le réseau de voies lentes et l’installation de portes de village à Saint-Remy.
Après examen du dossier par la Région Wallonne, il a été convenu que les aménagements dans les villages seraient seuls repris dans une 1re convention 2007, que la problématique des passerelles devait être réétudiée avec la DNF et la Division de l’Eau, que les portes de villages pourraient faire l’objet d’une deuxième convention 2007 si le budget de la RW le permet.
3. Projet « Tourisme durable »
Sur proposition de l’attaché de cabinet du Ministre du Développement rural, ce projet levier (coût réduit, effets multiplicateurs nombreux) a été révisé, peaufiné, chiffré précisément avec l’opérateur local concerné (Maison du Tourisme de Gaume). Sur cette nouvelle base, la fiche-projet a été réécrite et introduite directement auprès du cabinet du Ministre pour bénéficier d’un traitement plus rapide que par le système de conventionnement annuel, qui aurait repoussé le dépôt de la fiche-projet à 2008 ou 2009.
4. Projet « Portes de village »
Il est acquis de longue date que le programme de remembrement rural financera la réalisation de premières portes de village dans le village de Bleid. La CLDR a souhaité qu’il s’agisse là d’un projet de référence pour la réalisation de l’ensemble des portes de village de la commune. Elle a donc institué un Groupe de Travail particulier, chargé de penser et articuler toutes les dimensions du projet : harmonie et esthétique, caractérisation du village et de la région, consultation des villageois, effet sur la sécurité routière, souci du développement durable, maîtrise des budgets. Le Groupe de travail a abouti à une esquisse de porte de village, avec des options originales, qui a été approuvée par la CLDR.
5. Projet « Centre de formation aux métiers du patrimoine »
Dès le dépôt du PCDR, ce projet a été considéré, par les membres de la CLDR, par les Conseillers communaux, par la CRAT, comme un projet-phare, mais qui nécessite un important travail de préparation, car il dépasse de loin la seule construction d’un immeuble. Dès l’approbation du PCDR par le Gouvernement wallon, la CLDR avait institué un Groupe de travail pour préparer ce projet. En 2007 ce Groupe de Travail a poursuivi l’instruction du dossier.
Pour ce faire, il a organisé une succession de rencontres avec les acteurs concernés : l’Intercommunale Idelux et l’Institut des Arts et Métiers Pierrard, le secteur de la construction et les opérateurs de formation, les entreprises locales. A chaque rencontre, il s’agissait de présenter le projet et de le faire évoluer, de le positionner en fonction des besoins des uns et des autres, de l’environnement institutionnel et des soutiens apportés.
Il est clairement apparu que l’intérêt, la portée du projet débordaient les frontières ; la CLDR a dès lors souhaité qu’il fasse l’objet d’un demande de concours Interreg ; le Groupe de Travail a ainsi noué des contacts avec le Grand Duché de Luxembourg (Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment) et la France (Codecom de Montmédy). Et le 17 octobre s’est tenue à Virton une réunion générale transfrontalière, à laquelle participèrent des responsables politiques wallons et français, des opérateurs de formation et des représentants des secteurs du patrimoine et de la construction des trois régions.
Suite à ces très nombreux contacts et discussions, le projet a trouvé ses contours définitifs et a changé d’intitulé pour correspondre mieux à ses objectifs : « Centre lorrain de formation à la rénovation durable ».
La CLDR maintient son souhait qu’il fasse l’objet de la convention à passer en 2008 avec la Région wallonne.
Quelques étapes clefs dans la genèse de ce projet en 2007 :
- 18 septembre : rencontre Idelux et Pierrard ;
- 19 mars : rencontre secteurs de la formation et de la construction ;
- 18 avril : rencontre entreprises locales de la construction ;
- 14 mai : rencontre Sénateur Biwer (Marville, France) ;
- 21 septembre : rencontre Ruralité-Environnement-Développement ;
- 17 octobre : assemblée générale transfrontalière, politique et sectorielle ;
- 16 novembre : rencontre cellule Interreg ;
- 4 décembre : visite Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment (GDL).
6. Thème « Énergie »
La CLDR a eu l’opportunité, le 28 avril, de visiter la commune luxembourgeoise de Bekerich, où une série de mesures pratiques ont été prises en application des principes du développement durable. Cette visite a fort impressionné les membres qui y ont participé ; elle faisait en outre écho à diverses préoccupations et idées exprimées en CLDR lors de la préparation du PCDR.
La CLDR a donc institué un Groupe de Travail « Énergie » pour examiner la possibilité de parvenir sur Virton à un type de développement comparable à celui de Bekerich, distinct d’une transposition artificielle de solutions retenues ailleurs. Plus précisément, ce Groupe de Travail doit examiner les pistes suivantes : création d’une unité de biométhanisation, diminution de l’intensité de l’éclairage public à certaines heures, développement d’un chauffage collectif à partir de plaquettes de bois, dimension transcommunale des solutions énergétiques.
Les travaux de ce groupe rejoignent par différents côtés les objectifs du projet « Centre lorrain de formation à la rénovation durable ».
Réflexions sur l’ODR
L’Opération de Développement Rural trouve son intérêt dans la variété et l’importance des thèmes que la CLDR aborde de manière libre, mais structurée, et dans la dynamique de groupe qu’elle engendre.
Cet intérêt ne vaut cependant que par l’attention et le crédit que les autorités communales accordent aux travaux de la CLDR. De ce point de vue, l’ODR de Virton est une opération sérieuse. Le Bourgmestre préside et anime activement de la CLDR, L’Échevine responsable du Développement rural instruit et suit attentivement les différents dossiers issus des travaux de la CLDR, les Conseillers communaux membres de la Commission sont généralement présents et participent à divers Groupes de Travail, deux fonctionnaires assurent le suivi administratif des réunions et des projets, un budget annuel est alloué par la Commune au fonctionnement de la CLDR. 
La Commune accorde donc clairement sa confiance à une CLDR qui s’en montrer digne, par le temps et l’énergie qu’elle consacre à l’examen des différents dossiers et par la qualité des propositions qu’elle formule.
Les principaux écueils au développement des projets mûris en CLDR sont la lourdeur de l’administration liée aux conventions passées avec la Région Wallonne, la faiblesse des budgets affectés au Développement rural au niveau de la Région, mais aussi la difficulté de trouver une personne ou une équipe capable de porter un projet d’envergure.
Par ailleurs, il apparaît de plus en plus évident que nombre de projets et d’analyses devraient être conduits à une échelle transcommunale (et même transfrontalière dans le cas d’une commune comme Virton, posée sur la frontière française), ce que ne prévoit, ne permet pas explicitement un PCDR.
Autrement dit, la CLDR de Virton se montre capable de mener des réflexions de haute volée, de tracer les contours de projets de grande ampleur, mais, malgré la bonne volonté de la Commune, il n’est pas certain que toutes les conditions soient réunies pour aboutir à des résultats à la hauteur des attentes ou des enjeux.
Projets à entreprendre
En 2008, la CLDR doit récolter les premiers fruits de ses investissements, parfois lourds.
Les Virtonais devraient pouvoir parcourir les voies lentes de la 1re convention, franchir les portes de village de Bleid, participer à de premières actions de formation en matière de « Rénovation durable ». Toutes ces réalisations offriront à la CLDR comme à la Commune l’opportunité de mener quelques actions de communication sur le PCDR et l’ODR, à destination de la presse et des habitants.
La CLDR ne se contentera pas de récolter : elle doit aussi continuer à ensemencer.
Elle pourra commencer à instruire les projets « Tourisme durable », « Label viande de Gaume », « Maison de l’artisanat », pour lesquels certaines conditions préalables seront normalement remplies. Et elle devra encore consacrer du temps et de l’énergie à peaufiner le projet « Centre lorrain de formation à la rénovation durable », à programmer l’extension du projet « Portes de village ».
Elle aussi à guider le travail du Groupe « Énergie », examiner les résultats de ses analyses, formuler des recommandations et des propositions à destination de la Commune, voire à destination d’autres acteurs.
Enfin, elle ne devra pas perdre de vue les réflexions qu’elle a commencé à ébaucher sur les problématiques du logement et de la forêt à Virton et veiller à consolider les passerelles entre Programme Communal de Développement Rural, Rénovation urbaine, Plan Communal de Développement de la Nature.
Le défi comme la difficulté consisteront à s’organiser efficacement pour tout suivre et instruire, à conserver une cohérence et une visibilité d’ensemble dans toutes ces actions.
 
 
 
 


[[1]->file :///C :/Users/LallemangM/AppData/Local/Microsoft/Windows/Temporary%20Internet%20Files/Content.Outlook/YPPQKJ9M/rapport%20CLDR%202007.doc#_ftnref1]Les délibérations des Conseils communaux sont joints en annexe.
[[2]->file :///C :/Users/LallemangM/AppData/Local/Microsoft/Windows/Temporary%20Internet%20Files/Content.Outlook/YPPQKJ9M/rapport%20CLDR%202007.doc#_ftnref2]Les comptes-rendus sont joints en annexe.
©2019 virton.be | Mentions légales | Contact mise à jour