Manifestations en forêt

Infos et Formulaire à compléter
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Drogue du viol


Page précédente

Drogue du viol

La drogue du viol, de quoi parle-t-on ?

Pour commettre un viol ou des attouchements sexuels, des agresseurs n’hésitent pas à soumettre leur victime en lui administrant une substance psycho-active à son insu, par exemple, en la diluant danssa boisson. Bien que le nombre d’agressions sexuelles commises selon cette méthode, connue dans les pays anglo-saxons sous le nom de drink spiking, soit significatif, il reste largement sous-estimé et méconnu du grand public.
http://www.policedegaume.be/FR/FLX/flux.html
 
 
 
 
 
 
Dans les articles précédents, nous avons dressé le portrait des drogues dites du viol et détaillé leurs effets. Nous allons maintenant proposer quelques mesures visant à la protection des victimes potentielles, en fait des conseils pratiques qui doivent permettre de repérer et d’éviter les situations à risque.


Les victimes

Des victimes de violence sexuelles

Les victimes d’agressions sexuelles commises en état de soumission chimique sont majoritairement des jeunes filles et des femmes. Toutefois, des violences sexuelles sur des hommes, commises à l’aide de ces drogues, sont également signalées.

Et des victimes d’escroquerie

Si ces procédés profitent aux violeurs, ils sont également rentables pour les voleurs et les escrocs de tous poils. Ainsi, par exemple, des hommes d’affaires fréquentant les bars lors de leurs séjours à l’étranger, sont régulièrement détroussés après avoir été drogués.



Les situations à risque

Les agresseurs commettent généralement leurs méfaits dans les lieux de distraction collective : débits de boisson, discothèques, rave party, soirées privées, concerts, festivals, etc.

Plus rarement, les faits se déroulent au domicile de la victime ou de l’agresseur lorsque ce dernier, après avoir entretenu avec sa proie une relation virtuelle sur Internet, réussit à décrocher un premier rendez-vous galant. Ce type de viol est connu sous l’appellation date rape en anglais.



Conseils

Voici quelques mesures de prudence pour prévenir les risques d’être victime d’agression par soumission chimique :

Sortez en groupe. Les personnes seules sont des proies faciles pour un prédateur à l’affût.


Méfiez-vous des inconnus. Ne leur accordez pas prématurément votre confiance même s’ils vous font bonne impression.


N’acceptez un verre d’un inconnu que s’il vous est directement servi par le personnel du bar. Refusez toute consommation qu’il vous apporterait lui-même si elle n’est pas hermétiquement obturée par une capsule. Les agresseurs profitent généralement du trajet entre le bar et leur victime pour verser la drogue dans la boisson qu’ils s’apprêtent à leur offrir.


Gardez toujours votre verre avec vous. Tant qu’il restera sous votre surveillance, une personne mal intentionnée ne pourra y verser de substance potentiellement dangereuse.
Si vous avez laissé votre consommation sans surveillance pour aller danser, vous rendre aux toilettes, etc., ne la reprenez pas.
Si vous avez vu quelqu’un toucher à votre verre, ne le buvez pas.


Fiez-vous à votre intuition. Si vous ne vous sentez pas à l’aise, quittez l’endroit ou demandez assistance.


Ne vous laissez pas duper par des échanges virtuels enjôleurs qui vous font miroiter le grand amour. Restez vigilant lors des premiers rendez-vous. Respectez les règles de prudence énoncées ci-dessus.



Dans le prochain article, nous verrons quelles sont les mesures à prendre lorsqu’une personne pense être victime d’une drogue dite du viol.



Evelyne Josse
Psychologue, psychothérapeute
 
©2017 virton.be | Mentions légales | Contact mise à jour